Faites connaissance avec Dorenda

Témoignages
1 mars 2024
Image

Dorenda est une jeune femme énergique. En 2006, elle a subi une intervention chirurgicale suite à un cancer de la thyroïde à l'Academic Medical Center (AMC) d'Amsterdam. À cette époque, elle était étudiante et est aujourd'hui bénévole dans un club de football néerlandais. En plus de son travail de bénévole, elle est éducatrice auprès des patients et donne des conférences au personnel médical.

Comment s'est déroulée la période qui a suivi votre chirurgie ?

Psychologiquement, c'était une période difficile. Je me sentais "abîmée" par la canule et je m'inquiétais de la réaction des gens. Juste après l'intervention, j'avais encore mal et j'étais incapable de parler, ce qui était très éprouvant. Avec du recul, je pense que cela a apporté beaucoup de bonnes choses : Je respire mieux, j'ai plus d'oxygène, j'ai plus d'énergie et ma voix s'est améliorée.

Quel a été le plus grand défi après l'opération ?

Je suis une personne très "terre-à-terre" et j’ai décidé d’assumer ce qu’il m’arrivait. De plus, j'ai beaucoup d'humour et d'autodérision. Lorsque je rencontre d'autres personnes, je suis la première personne à parler de ma pathologie et je l’aborde avec dérision. Néanmoins, j'ai également connu des moments où j'étais seule et frappée par la diffficulté de la situation. L'acceptation de ce qui s'est passé a été un défi. Dans l'ensemble, cela a été les montagnes russes avec des hauts et des bas.

Quels conseils donneriez-vous à une personne qui vient d'être trachéotomisée ?

C'est normal d'être choqué par ce qui s'est passé, mais prenez conscience que des bonnes choses sont à venir. Vous serez en mesure de mieux respirer, d'avoir plus d'énergie et de mieux profiter de la vie. Je me prends pour exemple : Je ne pouvais plus faire grand-chose, mais j'ai retrouvé plus d'énergie après ma convalescence - je peux monter les escaliers sans être essoufflée et je peux faire des promenades à vélo.

Si quelqu’un hésite à porter des ECH, que diriez-vous ?

Je suis le meilleur et le pire exemple pour ces personnes. J'ai refusé pendant longtemps d'utiliser un ECH. Je pensais que c'était trop visible et je ne pouvais pas croire que ce serait mieux d'en utiliser un.

Mais lors de la pandémie du COVID, mon spécialiste produit Atos Medical m'a convaincu de mieux me protéger en utilisant un ECH. Aujourd'hui, j'ai moi-même constaté la différence. Lorsque je n'utilise pas mon ECH, je tousse davantage et l'air me semble sec et irrite mes poumons. Cela m'a convaincu que les ECH ont un effet bénéfique et je conseille aux personnes qui hésitent de les essayer afin qu'elles puissent en ressentir les avantages elles-mêmes.

Comment Atos Medical vous accompagne ?

Je me sens très soutenue et accompagnée par Atos Medical. Lorsque vous êtes patient depuis si longtemps, on s'attend généralement à ce que vous gériez vous-même votre commande de vos dispositifs médicaux. Mais je ne fonctionne pas comme ça, j’ai tendance à oublier ce que je dois commander et à quelle fréquence. Le contact régulier avec le personnel d'Atos Medical et leur soutien me permettent d’optimiser mes commandes et d’ainsi améliorer ma qualité de vie. Les produits fonctionnent très bien pour moi.

Comment décririez-vous votre vie actuelle ?

Je suis heureuse d'avoir subi cette intervention, car elle a changé ma vie. À l'époque, j'étais encore étudiante. J'ai terminé mes études, mais je ne suis pas apte à travailler. Cela ne m'a pas empêché de faire du bénévolat, ce qui est très gratifiant, et d'aider mes parents dans leur salon de tatouage. Je peux être moi-même et je n'ai pas l'impression que la canule m'empêche de réaliser ce que je veux.

Partager